Accueil

Un article de MichelGigon.

Pour contacter Michel Gigon:

michel.gigon@free.fr


Bienvenue sur le site dédié à l'œuvre de Michel Gigon


« On l’a dit et répété le Peintre est un témoin, qui témoigne en couleurs, ce qui donne bien de l’attrait à sa déposition. Même quand il semble tricher, que ce soit par dandysme, calcul ou mépris de ses contemporains, il est encore véridique d’une certaine manière : ce n’est pas lui, c’est l’époque qui n’est pas franche. Mais Gigon ne triche pas. Il a trop de spiritualité pour cela. Le destin l’a placé dans une époque de transition ou la centrifugeuse atomique a dispersé les derniers morceaux de lumière de l’impressionnisme, tandis que se dessinent peu à peu les linéaments indécis d’un monde nouveau, pour le moment encore à l’état de vapeur, ou de projet. A ce carrefour, Gigon témoigne de la persistance de l’esprit, et la lumière vient dans son œuvre comme à travers les plis d’un rideau que l’on entrouvre sur un autre monde. Il y a de l’apocalyptique dans sa vision du ciel et de la terre. Mais n’est-ce pas le temps que nous vivons ? Et l’Apocalypse n’est pas une fin, c’est le commencement d’autre chose, d’une ère totalement neuve, à laquelle dès maintenant Gigon propose les indestructibles éléments de sa foi. » André Frossard, écrivain († 1995).


« Sous le regard absorbant d’un Dieu toujours maître de l’univers, les fresques apocalyptiques de Michel Gigon se déploient en des tourbillons centripètes qui ne sont pas sans rappeler -mais de manière quasi abstraite- les effusions dantesques de Signorelli, Michel Ange ou Gustave Moreau. Elles s’en distinguent pourtant parce qu’elles n’ont rien de pathétique ou de paroxystique, mues qu’elles sont par l’ivresse paisible de la Parousie. Quelle œuvre inspirée, fluide et dynamique ; l’une des plus cosmiques et spirituelles de notre temps. » Yann le Pichon, Historien de l’Art.


« Les toiles de Gigon sont souvent qualifiées de catastrophistes, voire de morbides, de déroutantes. L’art de Michel Gigon est résolument religieux et chrétien. Un tel fait signifie et implique que le peintre puisse se mettre totalement au service de sa foi. Ce faisant il ne renonce pas à sa personne, comme on l’insinue souvent, puisque c’est justement par elle que sont rendues possibles et les visions et les représentations. Simplement mettant toute sa force, tout son tourment et toute sa joie dans son travail, il estime que la totalité de ce qu’il est, sent et pense ne peut trouver son unité qu’en Dieu. Dieu ne demande en aucun cas le renoncement aux mille particularités qui fondent l’individu, mais la subordination à un ordre supérieur capable de les ordonner selon leur juste hiérarchie. Cela dit -et là encore contrairement à ce qu’on a coutume de penser, dans le cas des artistes, un tel fait devient manifeste- pour être croyant, l’être n’en appartient pas moins à son temps. Au contraire même : c’est à travers ses particularités d’homme de telle ou telle époque qu’il trouve sa propre voie le menant à Dieu. » Jil Silberstein, écrivain poète, extrait de la monographie de Michel Gigon.


« Dans les circonstances actuelles de marasme ou d’égarement ou d’incertitude de la peinture votre travail singulier est plus qu’une interrogation mais une véritable provocation et ne devrait pas laisser insensible les gens de bonne volonté. » Extrait de la correspondance de François Mathey († 1993) avec Michel Gigon.


« Michel Gigon rassemble l’espoir au milieu des sauvages humanités. Sa peinture fascine et heurte. Elle invite à déplacer nos sens ; à les détourner vers une perception plus intérieure. Il faut suivre le rythme des êtres qui vacillent, qui tanguent, qui luttent, qui s’estompent. Suivre la vague des rochers, des nuages et des feux. La lumière de Dieu guide nos pas. Il ne restera que nous en elle pour que la joie demeure. Tant pis s’il faut plus de courage à être qu’à complaire. L’art ne peut être anecdotique, il doit porter le sens au delà de l’explicite. En s’adressant à l’âme qui brûle en nous, Michel Gigon nous invite à vivre mieux. Dans la filiation des peintres inspirés par le sacré, Michel Gigon est un artiste peintre contemporain hors convention. » Henry Gama.


Articles:

Consultez Wikipédia [1] pour plus d’informations.